Kikwit

Située à 400 kilomètres de la ville de Bandundu et à 525 kilomètres de Kinshasa sur la Nationale 1. On y accède par avion de Kinshasa (Kin Avia) ou par route de Kinshasa, de Bandundu-ville et de Tshikapa au Kasaï Occidental. Il y a aussi possibilité d’atteindre Kikwit par la rivière Kwilu. Kikwit compte quatre communes : Kazamba, Lukemi, Lukolela et Nzida. La ville fut à l’époque pré-coloniale (EIC) un dépôt portuaire du caoutchouc, de l’ivoire et de l’huile de palme. A l’époque de la colonie, comme dans d’autres villes, on aménagea la ville en séparant la partie réservée aux Blancs de la cité indigène. La cité indigène comptait déjà 600 travailleurs (usines et administration) en 1910 et les ouvriers africains provenaient de différentes ethnies. En 1920, cette cité est nommée Makaku ou Makal. Elle sera rebaptisée Poto-Poto en 1937, et devient un centre extra-coutumier. La ville est un relais obligé pour la distribution du courrier et du carburant et deviendra dès 1940 un centre d’opération bancaire avec l’ouverture d’une succursale de la Banque du Congo Belge. La cité africaine de Poto-Poto sera déplacée vers Wenze en 1946. En 1995 la ville aura à faire face à une sérieuse crise du virus ebola.

Hôtel de la Vallée

Boulevard National 32 -

26 chambres plus ou moins grandes, avec un confort rudimentaire (5 000FC, 8 000FC ou 12 000FC). Les vestiges de belles années du début d’activités dans la ville. Pas d’accès aux toilettes si vous êtes au bar, faut prendre une chambre…

Hôtel Kwilu

Des beaux restes (meubles, déco, salle de bain)… c’est tout ce qui subsiste de cet hôtel qui fut probablement de charme dans les années 70 et 80. Tout s’est déglingué faute d’entretien, la bougie remplace l’ampoule et l’imagination le décor. Quant aux prestations du personnel, elles sont approximatives.